Archive

Archive for the ‘Espace professionnel’ Category

Exposition-conférence  » en parler c’est pas un crime  » les violences sexuelles sur les mineurs l

en parler c'est pas un crime

Les artistes, les victimes et les citoyens se mobilisent afin de combattre l’inceste et la pédocriminalité.

Le samedi 14 Avril 2012 – Horaire: 10:30 – 18:30 Espace Art et Culture – 3 Passage Clos Notre-Dame , Déols, (36)

L’ exposition est accessible à tous.

Elle se compose de témoignages, d’informations, de chiffres, de dessins, de photos, d’affiches, Conférence, exposition, documentation, projection de film-documentaire.. …

Professionnel de l’enfance; Vous souhaitez vous investir ou que votre commune s’investisse en recevant notre exposition? Contact ici.

Télécharger ici la présentation de l’ expo-conférence

Exemples de la partie dédiée aux enfants :
situation dangeureuse
ton corps est a toi
interdit par la loi

Cette journée sera organisée et animée par Jessica Harbon, Sonia Petit, Sandrine Apers et Aude Fiévet en partenariat avec le planning familial et la maison des droits de l’enfant de Châteauroux.

http://www.lemondeatraversunregard.org/agenda/exposition-conference-inceste-pedocriminalite.html

antipedocriminel

Article 6 de la Loi n° 2010-121 du 8 février 2010 « Mission « Victimes » : les auditions commencent

24 novembre 2011 1 commentaire

l'inceste nuit gravement à la santé des familles

Dans article 6 de la loi n° 2010-121 du 8 février 2010 tendant à inscrire l’inceste commis sur les mineurs dans le code pénal et à améliorer la détection et la prise en charge des victimes d’actes incestueux:


Le Gouvernement s’est engagé à porter
devant le Parlement, avant le 30 juin 2010, un rapport examinant les modalités d’amélioration de la prise en charge des soins, notamment psychologiques, des victimes d’infractions sexuelles au sein de la famille, en particulier dans le cadre de l’organisation de la médecine légale. Ce rapport examine les conditions de la mise en place de mesures de sensibilisation du public, et notamment des mesures d’éducation et de prévention à destination des enfants.

Nous sommes le 22 novembre et le rapport n’a toujours pas été transmis au Parlement par conséquent même si la loi, inscrit l’inceste dans le Code pénal, elle reste silencieuse sur la prise en charge des victimes, la mise en place de mesures de sensibilisation, d’éducation et de prévention du public et plus particulièrement à destination des enfants.

Il va nous falloir encore être patient puisque le premier ministre Monsieur Fillon, charge, le 10 novembre 2011 (pour voir courrier cliquez ici et cliquez encore 2 fois dessus pour le voir en grand)madame la député Madame Fort d’une mission en faveur des victimes.

Elle devra remettre au plus tard le 1er février 2012 un rapport dans le quel, ses propositions viseront notamment à faciliter les contacts avec les populations les plus fragiles, à améliorer l’information et l’accueil des victimes au sein des commissariats de police et brigades de gendarmeries et à recenser les bonnes pratiques adoptées localement et à l’étranger afin de les généraliser. (pour voir le courrier de MR Fillon à Madame Fort cliquez ici).

Ceci me semble bien léger par rapport à l’effet souhaitée.

Ceux-ci est sans doute un exemple des plus parlants de ce que le législateur peut faire de pire : donner l’illusion à des victimes de traumatismes particulièrement graves que l’on a reconnu leurs souffrances alors que, en réalité, on fait semblant…

Conformément à la lettre de mission que lui a adressée François FILLON, Marie-Louise FORT a commencé à auditionner différentes personnalités intervenant auprès des victimes.

 La première audition, le 23 novembre a permis à la Député d’entendre Madame Sabrina BELLUCCI, la Directrice de l’INAVEM.

L’INAVEM est l’Institut National d’Aide aux Victimes Et de Médiation, un acteur incontournable de l’aide aux victimes dès les premiers instants de leur prise en charge. Créée en 1986, cette fédération généraliste regroupe aujourd’hui près de 150 associations spécialisées. Elle a pour mission d’animer, de coordonner et de promouvoir le réseau d’aide aux victimes, ainsi que d’engager des partenariats et des conventions pour faciliter l’accès des personnes victimes vers les associations locales. Son expertise est précieuse.

 Les auditions se poursuivront ainsi jusqu’à la fin janvier 2012.

Selon une étude, il y aurait au moins 2 millions de citoyens victimes d’incestes, qui survivent à des conséquences liées directement à l’inceste : dépression, suicide, boulimie, automutilation, anorexie, alcoolisme, toxicomanie, prostitution,….Ces troubles de santé doivent être reconnus par le ministère de la santé publique.

les concéquences de l'inceste

Ces deux millions de victimes ne mériteraient elles pas que l’on se préoccupe réellement de leur sort ?????


Source:

http://www.senat.fr/rap/l08-465/l08-465.html

loi n° 2010-121 du 8 février 2010 tendant à inscrire l’inceste commis sur les mineurs dans le code pénal et à améliorer la détection et la prise en charge des victimes d’actes incestueux

Article de Patrick Ayoun et Adeline Gouttenoire dans la revue  »Politiques sociales et familiales » (mars 2011, n°103).

antipedocirminel

Petition et manif pour dire stop à un etat complice d’inceste et de pedocriminalité

Manifestation pour les droits des survivants de violences sexuelles dans l’enfance.

Candidat(e)s aux présidentielles, comment allez-vous protéger les enfants ? Quels droits auront les survivants de l’inceste et de la pédocriminalité ?

Il est temps d’élever nos voix !
Il est de notre responsabilité à toutes et à tous de protéger nos enfants des violences sexuelles.

Encore combien d’années allons nous devoir subir?!
L’état complice de l’inc
este et de la pedocriminalité, ça suffit !

Nous demandons à toutes les associations concernées, aux médias, aux victimes, aux proches, aux citoyens(nes) sensibilisés par ce fléau d’être présents le 10 mars 2012 à 13h30 place de la bastille !

C’est le moment ! Organisez-vous ! Mobilisez-vous ! Et regroupons-nous !

Petition et manif pour dire stop à un etat complice d’inceste et de pedocriminalité

cliquez ici site officiel


L’état complice de l’inceste et de la pédocriminalité, ça suffit !

Nos revendications :
1. L’ imprescriptibilité des crimes et délits sexuels envers les enfants afin que les victimes puissent porter plainte même des années plus tard afin de protéger d’autres enfants des agresseurs qui on le sait peuvent faire des dizaines de victimes.

2. Des moyens financiers supplémentaires des pouvoirs publics pour la prise en charge des victimes, une justice plus digne ainsi que pour soutenir les associations qui luttent au quotidien contre les violences sexuelles envers les enfants et l’accompagnement des adultes.

3.  Revenir d’urgence à la légalité à laquelle l’Etat ne saurait se soustraire : nous exigeons que le Ministère de la santé rende enfin le Rapport sur l’application complète de la LOI 2010-121 du 8 février 2010 (attendu depuis le 30 juin 2010) ; nous exigeons surtout que les buts inscrits dans la LOI n° 2010-121 du 8 février 2010, à savoir améliorer l’accompagnement médical et social des victimes d’inceste soient réalisés ; enfin nous exigeons la réinsertion dans le Code Pénal du mot « INCESTE » ôté il y a peu par le Conseil Constitutionnel, et la promulgation d’une nouvelle loi aussi complète que la loi abrogée.

4.Une formation de tous les professionnels (social, judiciaire, médical, éducatif…) concernant les viols sur mineurs, leurs conséquences, l’obligation de signalement et ce dès la formation initiale.

5. Des campagnes d’information et de prévention concernant l’inceste et la pédocriminalité en particulier à l’école, y compris des campagnes audiovisuelles à heure de grande audience.
6. Soutenir et développer l’implantation de structures spécialisées en victimologie et psychotraumatisme.

7. Mettre en place des études et des recherches spécifiques concernant les viols sur les mineurs des deux sexes ainsi que leurs conséquences jusque tard dans l’âge adulte.

8. Avant recrutement, enquête de moralité et examen du casier judiciaire des intervenants auprès des enfants : travailleurs sociaux, assistantes maternelles et leur conjoint, enseignants, animateurs de centres de loisirs ou colonies, chauffeurs de bus scolaires…
9. Considérer l’enfant qui ose parler comme un enfant « présumé victime » même s’il a commis des actes de délinquance qui sont souvent des appels au secours ou les conséquences de sévices subis (vol, toxicomanie, fugues, violences physiques…).

10. Prise en charge pluridisciplinaire de l’enfant victime avec un accompagnement psychologique systématique gratuit par des victimologues.

11.Dorénavant, les gardés à vue ont systématiquement droit à un avocat lors des auditions pour éviter les « dérives » de l’enquêteur. Nous exigeons qu’il en soit de même pour la victime lors de son dépôt de plainte afin de respecter l’égalité des droits.

Nous préparons un communiqué de presse et cette manifestation doit être collective. Pour les associations, si vous désirez participer à l’élaboration du communiqué + mettre votre logo, écrivez à courrier.mtr@gmail.com Merci beaucoup.

Groupe sur facebook cliquez ici

voici un diaporama de la manifestation qui a eu lieu le 16 novembre 2011 face au ministère de la santé merci a vous pour cette initiative

Ce diaporama nécessite JavaScript.

antipedocirminel

Conférence sur l’inceste

Conférence sur l’inceste

centre de recherche internationales et de formation sur l'inceste et la pédocriminalité

Le jeudi 20 octobre 2011 à l’IRTS Aquitaine-Institut de puériculture de Bordeaux Intervention de Léa Pierson, représentante régionale de l’association Le Monde à Travers un Regard, membre du CRIFIP. ( réservé aux professionnels de l’IRTS)

8h30 Accueil des participants et ouverture de la journée avec Mireille Chevalier  (IRTS – Institut régional des travailleurs sociaux) et Monique Glaudel (Institut de puériculture)

9h Introduction du thème de la journée : « les problématiques de l’inceste en question et les professionnels face au doute … » avec Mme Jeannot ( psychologue AGEP, intervenante en pédagogie à l’IRTS)

9h30 Père, mère : psycho dynamique de l’inceste ( processus psychologique du côté du père incestueux, de la mère incestueuse) avec Mr Audoyer ( psychologue au service d’accompagnement de la famille et de l’enfant du CDEF centre départemental de l’enfance et de la famille)

10h La confrontation au doute,  avec les interventions de :Mme Cavaillac ( Puéricultrice PMI)Mme Jordi  (Educatrice de jeunes enfants)

10h30   /11h :   Pause
11h Le  signalement : une démarche  professionnelle qui engage avec Mmes Dalla Santa et Ducher ( Assistante de service social en MDS et éducatrice spécialisée – Maison départementale de la solidarité et de l’insertion)
11h30 Les différentes procédures avec Mme Denis-Roudeau, (juriste-pénaliste du service d’aide aux victimes du PRADO)
12.00 Le rôle de la brigade des mineurs avec Mme Leloch-Mater (responsable de l’Unité de Protection Sociale, Brigade des Mineurs de Bordeaux)

12h30 : repas
14h Le travail des professionnels du CAUVA (Centre d’aide aux victimes d’agressions)avec Mme Brunet (Assistante de service social au CAUVA du CHU de Bordeaux) et Mme Gremillon (Puéricultrice au CAUVA)

14h30 L’accompagnement des familles et des enfants, pendant et après la procédure avec Mme Barat- Scherrer (assistante de service social à l’AGEP- association girondine d’éducation et de prévention)et Mme Araya ( éducatrice de jeunes enfants, CDEF)

17h30 Conférence plénière de clôture avec la participation de Mme  Pierson, représentante de l’association  « le monde à travers un regard», membre du CRIFIP et conclusion de la journée : Mireille Chevalier et Monique Glaudel.

http://www.crifip.com/agenda/conference-sur-l-inceste.html