Accueil > Pédocriminalité-pédopornographie > Militantisme pédocriminel

Militantisme pédocriminel

Non à la pédophilie

Définition de la pédophilie :

La pédophilie désigne une attirance ou préférence sexuelle d’un adulte envers les enfants . Un pédophile est donc un adulte éprouvant une attirance sexuel pour un enfant, pré-adolescent et ou adolescent.

Le mot pédophilie est formé sur les radicaux grecs paidos = enfant et philia = amitié. Le sens étymologique du mot conduit donc à l’amitié pour les enfants. En fait, le mot  pédérastie  conviendrait mieux au sens actuel donné au mot pédophilie, puisque pédérastie est formé des deux radicaux paidos =enfant et eros =amour sexuel.

Dans la plupart des sociétés modernes, ce type de préférence est considéré comme une perversion sexuelle  et les activités s’y rapportant sont condamnées par la loi.

La pédophilie est classée comme trouble de la préférence sexuelle (trouble mental) par la classification internationale des maladies (CIM) et comme  paraphilie par le manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux (DSM).

Le terme pédophilie peut également être utilisé pour désigner la pornographie enfantine. Le terme de « pédocriminalité » est, par ailleurs, parfois employé pour qualifier les délits relevant de la pédophilie, qu’il s’agisse dabus sexuels ou de pornographie enfantine.

Qu’est ce que le militantisme pédocriminel

Le militantisme est l’activité, l’attitude d’un militant dans le domaine politique, syndical, associatif… C’est le fait de lutter pour une cause, une idéologie, un parti….. individuellement ou dans le cadre d’organisations.

Le terme de militantisme pédophile rassemble donc des pédophiles disposés à un changement dans la perception sociale de la pédocriminalité dans le sens de son acceptation, ainsi qu’à une évolution législative permettant la reconnaissance de cette attirance sexuelle et d’une grandes libertés sexuel pour les mineurs.

Les objectifs du mouvement ou revendication principal

Bien qu’un très grand nombre d’opinions parfois opposées soient représentées au sein du mouvement, une majorité des membres s’accordent sur les objectifs suivants :

-Poser une différence entre la pédophilie et l’abus sexuel ;

-Retirer pédophilie de la liste des maladies mentales, telle que classée par la classification internationale des maladies (CIM) par le manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux (DSM). 

-Accroître la connaissance sur les effets de l’activité sexuelle chez les enfants, en favorisant la recherche dans le domaine ;

-Changer la perception du public sur la pédophilie, le pédérastie et l’éphébophilie;

-Poser une différence entre la pédophilie et l’abus sexuel;

-Promouvoir une abolition ou un abaissement  des notions d’âge du consentement et de la notion légale de majorité sexuelle ;

-Changer les lois criminalisant les relations sexuelles consenties entre un adulte et un enfant.

-Promouvoir la dépénalisation de certaines formes d’expression érotique impliquant des enfants ou adolescents (textes, dessins, photos, etc.) ;

-Soutenir les mouvements et organisations qui luttent pour les Droits de l’Enfant.

ne volez pas notre enfance

Activités du mouvement

L’activité principale du mouvement est le soutien moral et psychologique de pédocriminels qui, autrement, auraient du mal à parler de leurs attirances de peur d’être ostracisés.

À cet effet, quelques organisations du mouvement fournissent des services d’écoute et de prévention du suicide, comme le groupement FreeSpirits. Les nombreux forums de discussions donnant une certaine liberté de parole aux pédophiles sur leurs fantasmes et attirances jouent également ce rôle.

L’association MARTIJN fournit ce genre de soutien et publie un magazine nommé OK. Elle s’implique également dans d’autres formes d’activisme, comme la distribution de tracts et documents lors d’événements publics et pendant les Gaypride.

Certains pédophiles, pédérastes ou hébéphiles qui se qualifient eux-mêmes de boylovers et girllovers International Boylove Day (Jour international du BoyLove) est célébré le premier samedi après le solstice d’été. Ce jour-là, des pédophiles attirés par les garçons ou des pédérastes allument discrètement des bougies bleues en public. Le « Jour d’Alice » (25 avril) est celui des pédophiles ou hébéphiles attirés par les filles: ils célèbrent leurs préférences sexuelles en allumant en public une bougie rose. c’est aussi le jour où Lewis Carroll a rencontré Alice Liddell, la petite fille qui lui a inspiré son œuvre célèbre  » Alice au pays des merveilles », le 25 avril 1856. 

Robin Sharpe, un pédophile Canadien, a pu remettre en cause certains aspects des lois sur la pornographie enfantine de son pays qui, contrairement à la France, condamne également les écrits de ce genre. Lors de son procès, où la Cour suprême du Canada lui a donné raison en 2002, il a fait valoir que ses propres écrits de fiction ne pouvaient être illégaux puisqu’ils avaient un aspect artistique.

l'innocence est un droit

antipedocriminel

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :