Accueil > Espace parents, International > Hypersexualisation des jeunes.

Hypersexualisation des jeunes.

La Presse Canadienne  Lia Lévesque 16/06/2008 16h03 –

La ministre de la Condition féminine Christine St-Pierre verse  183 000 $ à une tournée de formation qui doit permettre de mieux outiller les jeunes face à l’hypersexualisation.

Il s’agit d’un programme qui a déjà été élaboré par le YWCA de Montréal et une professeur de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

L’octroi de 183 000 $ vaut pour deux ans.

Le programme vise à former des enseignants du primaire et du secondaire,des intervenants auprès des jeunes, des infirmières, des gens des services sociaux, afin qu’eux-mêmes soient plus habilités à intervenir auprès des jeunes.

Mme St-Pierre dit croire que l’arme la plus efficace en la matière est de développer le sens critique chez les jeunes des deux sexes.

Francine Duquet, professeur et une des instigatrices du projet, relatent quelques témoignages qu’elle ont entendus de la part de jeunes de secondaire 1 et 2.

«Un party super trippant, c’est un party où il va y avoir de l’alcool et nous, les filles, il va falloir qu’on fasse des affaires», relate-t-elle à partir des témoignages entendus.«Dans les partys, les gars nous disent: bois et sois cochonne.»

L’infirmière de cette école relate des cas de jeunes filles de secondaire 1 qui font des fellations à des garçons de secondaire 5 et qui se baptisent elles-mêmes «bébés putes».«Ce qu’il faut réaliser, c’est que ce ne sont plus des cas isolés», déplore Mme Duquet, une sexologue spécialisée dans l’éducation à la sexualité des jeunes. Plusieurs notions doivent être expliquées à ces jeunes, souligne Mme Duquet, citant le consentement, la banalisation du sexe oral,les rapports égalitaires entre les sexes, l’intimité, le respect de soi.

Il faut aussi aborder la cyberpornographie et développer l’esprit critique face aux vidéoclips, aux messages publicitaires et aux images diffusées par certains magazines destinés aux jeunes.
«Pour nous, le problème, ce ne sont pas les jeunes, ce sont les adultes ils manquent de repères et c’est à nous de leur en fournir», a déclaré l’instigatrice du projet, la sexologue Francine Duquet.
Mme Ducharme estime que l’hypersexualisation des jeunes filles a connu une progression en accéléré depuis les années 2000, soit depuis Internet.


Notre réactions
Nous sommes convaincu que les jeunes, l’école et les parents tous citoyen a un rôle à jouer.

Être attentif aux besoins des jeunes et encourager leur esprit critique représente une solution.

Les parents doivent prendre conscience du phénomène nous n’en revenons pas de savoir que certaine fillettes de 8 ans portent un soutien-gorge même si elles n’ont pas de poitrine et des string , simplement parce que c’est beau et en  discuter avec leurs enfants afin de les aidées a prendre  conscience de leur corps et à construire l’estime soi.

Les compagnies regorgent d’ardeur pour proposer à nos fillettes: vêtements de femme version xxx-small, maquillage, revues, gadgets rose-plus-que-nanane, etc.
De nombreux sites et autant de magazines  exploitent les préadolescentes et les adolescentes.
Un article est paru dans un magazines JEUNESSE;  s’intitulait «10 façons de plaire à son chum».

«C’était carrément de la séduction. La fille était complètement oubliée.
Son but dans la vie était de plaire à son chum, point à la ligne»,

Si bien qu’un autre magazine «Audacieuse» a écris un article pour contre balancer la tendance et proposer des valeurs plus saines.

On leur apprend tôt à devenir des objets sexuels pour satisfaire la demande… La ligne entre inciter des enfants à poser comme modèles dans de telles postures et à poser pour un site porno, est bien mince… 

Charmer, plaire, séduire
Le principal message reçu par les petites filles consommatrices est le suivant: «Tu dois charmer, plaire, séduire».

À une période de leur vie où elles sont à construire leur identité, où la pression par les pairs est grande, on assiste à un retour en force des stéréotypes sexuels et de l’affirmation de la personnalité basée uniquement sur les apparences.

Drôles de préoccupations pour une gamine de dix ans. Nous c’est curieux, à cet âge on grimpais aux arbres. Pas en talons hauts, non, monsieur! En espadrilles, hé!

Simultanément, nos garçons doivent, à travers ce phénomène, apprendre à respecter, à traiter les filles avec considération, en toute égalité, à ne pas être sexiste, en plus de calmer leurs hormones. Avouons que tout ça porte à confusion…

 Dans leurs relations avec les  filles, ça a des impacts énormes.

Nous en voulons à toutes ces Britney Spears chantant «I’m your slave», ces Spice Girls bloquées au stade œdipien, ayant vendu des millions d’albums au nom d’un trompeur «girl power».

La madone qui à moitié nue chante « je suis une salope et j aime ça », pour elle  c’est de la scène  mais n’oublions pas que les jeunes imitent leurs idoles. il faut donc échanger avec nos enfants.
Il y aussi la publicité, qui montre des femmes sexuellement
disponibles à tout moment.

«On a rien contre le sexe, mais contre le message voulant que les femmes ne soit valables que si elles sont sexuellement attirantes»,
c’est le message principal qui est véhiculé, insidieusement.

(rappeler vous la publicité de l’éponge et des hérissons qui fond la queue pour ce frotter a elle?

quelle image de la femme est véhiculée à ce moment la ?????)
Lobsession corporelle, Charmer, plaire, séduire,
voilà comment se résume souvent le rôle des filles dans la publicité.

« Une apparence «sexy» permettrait elle aux femmes de s’émanciper??????? « 

Nous nous demandons jusqu’où c’est réellement une forme de pouvoir pour les femmes. C est plutôt l’esclavage du corps, car ça demande de répondre  au diktat de la mode et du corps. Il faut être parfaite,  il faut correspondre à une image idéalisée de la femme.


Pourquoi tous sa ? Pour le cash.Les petites filles représentent un nouveau marché à exploiter. Rien de plus. Selon Pierrette Bouchard, chercheure, la valeur atteindrait 170 milliards de dollars par année aux États-Unis seulement.

Cette réalité a un coût social: nos jeunes filles focaliseront sur leur image et deviendront probablement des candidates parfaites à la chirurgie esthétique vers 30 ans);

Elles se trouveront toujours trop grosses
(10% des petites filles de huit et neuf ans ont déjà fait un régime),

Elles développeront une fixation sur les relations amoureuses et deviendront dépendantes affectives.Elles souffriront d’un manque de confiance en elle,  de dépréciation de soi, de perte d’estime de soi et seront fragiles aux abus de toutes sortes.

Honnêtement, ça nous attriste de voir que l’enfance s’écourte de plus en plus. Nous sommes triste pour ces fillettes qui ne prennent pas le temps de vivre leur enfance et qui se réveilleront un jour vieillies trop tôt et désabusées.

Nous ne savons pas trop comment on en est venu là, mais nous n’avons pas envie de rester silencieux.



Pouvons-nous faire quelque chose?

Comme éducateurs, comme adultes préoccupés par l’enfance, nous pouvons faire quelque chose… et nous devons faire quelque chose. Nous devons les protéger, les préserver, les sensibiliser, les éduquer.

  • Aidons nos fillettes à développer leur jugement critique face aux modes; éduquons-les à la consommation.
  • Acceptons d’être le pire des parents en ne répondant pas à toutes leurs demandes vestimentaires.
  • Prenons le temps d’échanger avec elles sur nos valeurs. Expliquons-leur pourquoi vous vous positionnez ainsi.
  • Développons leur discernement (il y a des lieux pour s’habiller de certaine façon).
  • Donnons la priorité au confort et à la santé (évitons les talons périlleux, le piercing à répétition, etc.)
  • Développons les différentes facettes de leur personnalité.
  • Regardez les revues qu’ils consomment. Discutez-en avec eux, sans moraliser, mais en relevant les intérêts en jeux ($), les stéréotypes véhiculés, les dangers que vous y voyez.
  • Permettez-leur de développer leur sens critique.
  • Écoutez avec eux les clips qu’ils préfèrent. Discutez, commentez, tout en respectant leurs goûts et leurs idées.
  • Sachez qu’ils ne vous apprécieront pas moins si vous leur faites part de vos idées, de vos opinions ou de vos limites. Si ça se trouve, ils vous apprécieront peut-être même encore plus

Mettons-les en contact avec des expériences favorisant le développement de leur estime de soi, de leur confiance en elle et de la globalité de leur personne.

outiller les jeunes face à l’hypersexualisation



Depuis le 31 mai 2008

compteur antipedocriminel

Publicités
Catégories :Espace parents, International
  1. ............
    22 août 2008 à 10:20

    Coucou à vous deux
    Ca y est vous pourrez voir sur mon blog les bonnes nouvelles
    Merci encore de me suivre
    Enormes bisous
    Nat

  2. Unknown
    5 novembre 2008 à 3:18

    merci pour tout ces articles contre  la pedophilie j\’en ai ete moi meme une victime et ça ne s\’oublie p

  3. Unknown
    17 février 2009 à 11:51

    tien voici un sujet très vrai et très intéressante qui ce rapport surement a ce que veulent dire aomer et mich quand elles parlent d\’éducation. cependant je reste convaincue que ce n\’es pas en changent notre éducation aupres de nos enfants que le pedophilie sera en rayé

  4. Antipédocriminel
    17 février 2009 à 4:43

    il est sur que cela ne l\’enraillera pas.mais il nous fo changer nos comportements d\’adulte mais aussi avec nos enfants.merci pour ta visite tu nous a lincher de com loll\’équipe

  5. jacques
    10 octobre 2011 à 8:10

    Très bon article, dont la lucidité fait plaisir… Je ne peux que vous encourager J’ai vraiment très peur pour l’avenir, notamment concernant ce système insidieux qui a su étouffer toute révolte, chez les adultes.
    Je me souviens avoir connu divers matraquages lorsque j’avais leur âge (il y a de cela dix ou quinze ans) et ceux-ci ont brisé les rêves que je me faisais du libre arbitre et de la sexualité épanouie et sans entraves (et surtout pas celle que le porno nous IMPOSE). Alors je n’ose même pas imaginer ce que cela peut donner aujourd’hui, au quotidien.
    Notre société est malade, et les macs se frottent les mains. Entre désirs et fantasmes conditionnés, difficile de se frayer un chemin, et de lutter contre tout cela. Très triste.
    jacques

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :